traitduniondakar

Trait d’union entre cultures, trait d'union entre femmes qui arrivent au Sénégal pour y vivre en harmonie !

8 mars 2013

Journée internationale de la femme - 8 mars 2013

Conférence « être une femme, vivre, travailler, aimer au Sénégal »

Nous nous sommes retrouvées le 8 le mars au Café de Paris, autour de la question  » être une femme, vivre, travailler, aimer au Sénégal ».  Deux femmes peu banales  étaient venues parler avec nous: Laurence Gavron et Khady Hane. La première, née en France  vit au Sénégal et a la nationalité sénégalaise; la seconde est née au Sénégal , vit en France et a la nationalité française ! pour Laurence le féminisme va de soi, sans qu’il soit besoin d’en parler et elle n’a jamais senti de difficultés particulières à être une femme blanche au Sénégal. Pour Khady, être un femme noire en France a été difficile, mais elle se sent maintenant là-bas chez elle. Ce qu’elle aime en France c’est de pouvoir faire ce qu’elle veut, y compris rester seule, ce qui est plus problématique au Sénégal.  Mais l’une comme l’autre met en avant l’importance d’être bien là où l’on est. Y a-t-il une différence culturelle  ou simplement historique entre la place de la femme dans la société sénégalaise et la société française ? Il n’y a pas si longtemps en France une femme qui vivait seule était mal considérée. Les femmes ont beaucoup lutté pour être autonomes, avoir accès à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse… Qu’en est-il au Sénégal, où des adolescentes avortent en cachette dans des conditions épouvantables ? où une femme non mariée est mal vue par la société ?  Pouvons-nous dire qu’il fait meilleur vivre en France quand on est une femme ? Sommes-nous les mêmes femmes en France et au Sénégal? Nous qui  avons choisi de vivre au Sénégal, bien souvent par amour, ne désirons-nous pas avant tout nous épanouir et  assumer nos choix de vie ?  Nous sommes entre deux pays, deux cultures,  souvent deux religions  et les enfants de certaines d’entre nous sont métisses… Pouvons-nous rester indifférentes à ce que nous voyons aussi de la condition de certaines femmes ici ?  Et en tant que mères , comment élevons-nous nos garçons et nos filles  sur cette question de la place de la femme ? La nuit est tombée sur notre rencontre alors que nous avions encore mille questions à nous poser et tout  autant d’avis et de sensations à partager . Alors nous avons continué avec des verres de punch, puis en  dînant, puis par mail pour certaines, et nos échanges sont loin d’être épuisés. Quoi qu’il en soit, être une femme est passionnant , ici, là-bas, ailleurs…

Laurence Gavron et Khady Hane

Laurence Gavron et Khady Hane

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 mars 2013 par dans Activités, et est taguée , .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :